Défense des femmes victimes de violences

Séances

Siège CIDDF 94
12, avenue François-Mitterrand
94000 Créteil
01 72 16 56 50

ALEF accueil plus
14-16, rue Germain-Pinson
01 47 18 06 73
Vendredi de 9h30 à 12h (sur RDV)

La défense des femmes victimes de violences mobilise des acteurs locaux, mais le manque d’hébergements est criant. Rencontre avec Élise Gorecki, juriste au Centre d’information sur les droits des femmes et des familles (CIDFF).

Que puis-je faire si je suis témoin de violences ?

  • Je ne me pose pas la question et j'appelle le 17.
  • Je peux aussi lui dire – et c'est extrêmement important – “je te crois, tu n'es pas seule, on peut essayer de t'en sortir”.
  • Je peux encore appeler le numéro d'écoute 3919.
  • Je peux lui indiquer de joindre le siège du CIDFF qui peut la recevoir et faire le point sur la démarche juridique et sociale au 01 72 16 56 50.
  • Je peux lui indiquer de prendre rendez-vous avec la permanence ALEF accueil plus au 01 47 18 06 73.

Combien de femmes victimes de violences recevez-vous ?

Depuis le début de l'année, huit femmes victimes de violences conjugales sont venues me voir, auxquelles s'ajoutent dix Vitriotes en contact avec une des 36 permanences du CIDFF dans le département. Une donnée proche de celle des années passées…

Quel soutien leur est apporté ?

Ces femmes déclarent rarement qu'elles sont victimes de violences, mais plutôt en mésentente. Comme nous sommes formés à une écoute active et à poser les bonnes questions, le dialogue s'ouvre et, le cas échéant, elles reformulent, avec notre aide, leur situation : agressivité, violence psychologique, économique, administrative, sexuelle. On liste ensuite leurs besoins urgents. On oriente systématiquement vers notre psychologue ou encore vers le réseau de lutte contre les violences faites aux femmes, les travailleurs sociaux de l'Espace départemental des solidarités, le commissariat... Les procédures enclenchées sont traitées de plus en plus rapidement par le tribunal de Créteil. Mais, en général, l'hébergement manque malgré un centre, notamment à Vitry.

Propos recueillis par Gwénaël le Morzellec

Retour

Page publiée le 04 juillet 2012 - Mise à jour le 01 août 2017